EN/FR

“BY NUMBERS”
Exposition collective
CHAIS DES MOULINS > 8-26 MAI

L’application du “système Bertillon” d’anthropométrie judiciaire a, dans le monde entier, installé un mode visuel de fichage policier. Destiné d’abord à protéger la société de ses éléments considérés comme “dangereux” ou “nuisibles”, il a connu, dans des moments de crise extrême, une radicalisation dépassant le souci de retrouver ou suivre les délinquants jusqu’à inspirer les plus radicales des dictatures du XXe siècle.

Exposition collective réalisée en partenariat avec les Rencontres photographiques de Guyane.


// BAGNARDS //
ARCHIVES NATIONALES D'OUTRE-MER / CAYENNE-GUYANE

Les bagnes de Guyane furent ouverts en 1852, fermés momentanément aux métropolitains pour cause de trop grande mortalité, en 1869, et réouverts pourtant en 1887 ; dans l’intervalle, les condamnés coloniaux continuèrent cependant à y être envoyés. Les archives des bagnes sont prodigieuses tant par leur importance que par l’ampleur et la méticulosité des renseignements fournis. Elles présentent, en outre, le grand avantage d’être à peu près complètes.
La quasi totalité des dossiers des bagnards, des registres matricules, des fiches sur le personnel, de la correspondance et des papiers administratifs, des directives émanées de l’administration centrale, des contrôles financiers, en un mot toute l’histoire des bagnes coloniaux et de leur population, depuis l’arrivée des premiers vaisseaux jusqu’à l’évacuation finale, est aujourd’hui conservée aux Archives nationales d’outre-mer, à Aix-en-Provence.

anom.archivesnationales.culture.gouv.fr

Exposition réalisée en partenariat avec les Archives nationales d'outre-mer.

// FICHAGE //
ARCHIVES DÉPARTEMENTALES DE L'HÉRAULT / FRANCE

À partir de 1907, année des premières opérations de fichage anthropométrique montées par la Sûreté générale contre les “nomades”, la surveillance des Tsiganes ambulants s’est traduite en France par un encadrement policier particulièrement rigoureux.

archives-pierresvives.herault.fr

Exposition réalisée en partenariat avec les Archives départementales de l’Hérault.

// LA GRANDE TERREUR EN URSS //
TOMASZ KIZNY / POLOGNE - RUSSIE

Tomasz Kizny est photographe et journaliste. Après l'instauration de l'état de guerre en Pologne en 1982, il fonde l'Agence photographique clandestine Dementi, qui a déjoué la censure communiste jusqu‚en 1989. Il est l'auteur d'un projet photographique mené en Russie dans les années 1990, qui a donné lieu à la publication de l'important ouvrage nommé Goulag (2003).
De 2008 à 2011, Tomasz Kizny mène un projet photographique sur la vague de violence de l'État soviétique contre ses propres citoyens en 1937 et 1938, désignée comme la Grande Terreur. En Russie, en Ukraine et en Biélorussie il documente le crime et présente une topographie de la Terreur, puissante accusation documentaire du totalitarisme soviétique, qui vient donner un visage aux victimes de Staline.

Exposition réalisée avec le support des fondations allemandes Bundesstiftung zur Aufarbeitung der SED-Diktatur, Gerda Henkel Stiftung, de l'Institut Wissenschaftskolleg zu Berlin - Institute for Advanced Study en collaboration avec l' Association internationale “Mémorial”, Moscou.

// KHMERS ROUGES //
MUSÉE DU GÉNOCIDE “S-21” / CAMBODGE - TUOL SLENG

Lorsque le camp “S-21” ou “Security 21” fut libéré à l’aube de l’année 1979, on découvrit dans cette prison terrifiante seulement sept survivants et des milliers de photographies des détenus qui avaient été prises avant leur exécution. Car les Khmers rouges avaient la manie de l’archivage et fichaient tous leurs détenus. Ces photos ont permis d’identifier la plupart des disparus : des médecins, des ingénieurs, beaucoup de professeurs, mais aussi des soldats vietnamiens, un journaliste australien, le personnel de l’ambassade de l’Inde, des moines bouddhistes et mêmes des chanteurs cambodgiens très connus à l’époque ! On remarque aussi que les “suspects” étaient arrêtés avec toute leur famille, y compris les enfants...
Cette ancienne école de Phnom Penh construite par les Français est devenue le musée Tuol Sleng, un témoignage implacable des crimes du régime khmer rouge.

www.tuolsleng.com

// NUMBERED //
URIEL SINAI / GETTY IMAGES / ISRAËL

En 2005, Uriel Sinai s’est installé dans la colonie Gush Katif dans la Bande de Gaza pendant le désengagement d’Israël. Ce reportage lui a valu le 1er prix du “World Press Photo”. “Numbered” quant à lui est un projet photographique qui rend hommage aux rescapés du camp d’Auschwitz. En Israël, certains jeunes descendants des prisonniers des camps se font tatouer les mêmes numéros que leurs parents ou grands-parents, pour que le souvenir de la Shoah perdure. Ce n’est pas le cas de certains survivants des camps nazis, comme Ruth Bondy née à Prague et dont toute la famille fut déportée et dont seuls quatre membres, parmi vingt-cinq personnes, échappèrent à la mort. En Israël où elle réside désormais, il lui est souvent arrivé d’être questionnée avec suspicion sur la raison pour laquelle elle a survécu à ce cauchemar en se demandant si elle n’était un “kapo” ou une putain ! Alors elle a choisi de faire disparaître ce macabre tatouage et elle ne le regrette pas…

www.reportagebygettyimages.com
www.urielsinai.com

// LES INDIENS YANOMÂMI //
CLAUDIA ANDUJAR / BRÉSIL

Au milieu de cette effrayante litanie des suppliciés du vingtième siècle, nous avons trouvé Claudia Andujar et son système d’identification positif. Dans les années 1970, la photographe suisse obtient une bourse de la Fondation Guggenheim, puis une autre de la Fondation d’Assistance à la Recherche de l’État de São Paulo pour étudier les indiens yanomâmi. Elle vit parmi eux pendant cinq années. L’observation du mode de vie et des traditions yanomâmi est, depuis lors, le fil conducteur de ses photographies. En 1980, elle accompagne deux amis médecins qui se résignent à vacciner les indiens yanomâmi contaminés au contact avec l’homme blanc et que leur médecine traditionnelle ne peut soigner. De cette campagne ressort un ensemble de portraits portant eux aussi un numéro d’identification mais, cette fois, pour les sauver. Cet ensemble exceptionnel, presque conceptuel, est aussi un message d’espoir.


VERNISSAGE


// VERNISSAGE //

MERCREDI 08 MAI - 18H30 / CHAIS DES MOULINS
3 rue Raspail


// DÉDICACES //

Des séances de signatures de livres sont organisées en partenariat avec la librairie L'Échappée Belle, lors des vernissages et aux Chais des Moulins, du 8 au 12 mai.

EXPOSITIONS