– Maison de l'Image Documentaire – - Vernissage le dimanche 28 mai à 11h -

EXPOSITION >LA RUE DE PARIS

THIBAUT CUISSET

Une rue, si on y habite, on y est chez soi. On la longe, on la traverse sans la regarder.

On pense à ce qu’on va trouver plus loin, là où on va. Quand on est photographe, c’est différent. Or Thibaut Cuisset est photographe, et il a beaucoup voyagé. D’Italie en Andalousie, d’Australie au Japon, de Suisse en Turquie - entre bien d’autres pays et paysages.
Et puis un jour, il s’est souvenu que depuis huit ans, il habite Montreuil. Et que, à chaque retour en sa maison, il parcourt la rue de Paris, “tel un couloir, véritable prolongement naturel des axes parisiens d’Avron et du Faubourg Saint-Antoine”.

C’est alors qu’il décide d’en dresser le portrait. Par fragments recomposés, par série d’images se succédant les unes aux autres. Une façon de raconter cette rue, telle que pas à pas, il la découvre, il la rêve. Bien entendu, on pourrait le jurer, sans céder aux folklores banlieusards, façon Prévert ou autre.

Ce qui intéresse Thibaut Cuisset, c’est le graphisme des villes. La façon dont elles se dévoilent dans le dessin rigide des immeubles perpendiculaires lorsqu’ils se détachent sur le fond clair d’un ciel impavide. Mais il n’oublie pas non plus l’agitation automobile, la population cosmopolite omniprésente. Toutes ces présences qui donnent à cette rue une vie particulière.

Donc, allant et venant dans la rue de Paris, Thibaut Cuisset propose une promenade en terre inconnue, à découvrir au long de ses photos. Une promenade qui fait flâner, ou galoper l’imagination. Une belle croisière. Jean-Christophe Bailly en a fait l’expérience. Longuement, il s’est baladé seul dans la rue de Paris. A sa manière à lui, il l’a regardée, comme pour la première fois, et a écrit ce qu’il a vu. Puisqu’il s’exprime avec les mots, il ne raconte pas la même chose que Thibaut Cuisset. Visions parallèles, parfois concordantes, jamais jumelles. Deux artistes, une rue, un voyage.

© Thibaut Cuisset / Courtesy Galerie Les Filles du Calvaire

BIOGRAPHIE
Né en 1958 à Maubeuge.
Depuis 1985, il s’est consacré à la photographie de paysage au Maroc, en Égypte, au Venezuela, en Australie, en Suisse, en Espagne, en Italie, en Grèce, au Japon, en Turquie, en Islande, en Namibie, en Russie, en Syrie et en France (Corse, Bretagne, val de Loire, Normandie, Hérault…).
Membre de l’agence Métis Images de 1990 à 1996.
Représenté par la galerie Froment Putman de 1995 à 1997.
Depuis 2001, il est représenté par la galerie Les filles du Calvaire à Paris.
Lauréat 2015 du Prix Résidence pour la Photographie de la Fondation des Treilles.


WEBSITE


VOIR TOUTES LES EXPOSITIONS