– Entrepôts Larosa –

EXPOSITION LA FRANCE VUE D'ICI > TERRITOIRES DE LUTTE

JEAN-ROBERT DANTOU

Anonymes - une cartographie des territoires de lutte Cercle de silence, manifestations, Nuit debout, goûters festifs, grèves illimitées… Partout en France, des collectifs, des associations, des syndicats, des citoyens se rassemblent, manifestent, prennent position dans l’espace public pour dire leur colère, leur exaspération, leurs envies, et donner à voir leurs luttes. Ils se mettent en scène dans des espaces symboliques : devant les mairies, les églises, les tribunaux, les centres financiers.

D’autres prennent un parti différent : celui de construire, en dehors des métropoles, de nouveaux modèles de travail, d’habitat, de consommation, de culture.
Des luttes métropolitaines aux espaces ruraux des zones à défendre (ZAD) ou des collectifs autonomes, j’entame au début de l’année 2015 un projet sur les territoires de luttes.
Au lendemain des attentats du 13 novembre 2015, l’état d’urgence est décrété en France. Il s’accompagne d’un recul des libertés individuelles : arrestations arbitraires, multiplication des procès de militants, perquisitions ou assignations à résidence d’activistes écologistes, cependant que des manifestants sont tabassés, des journalistes blessés ou empêchés de travailler.

Les personnes que je photographie, prenant acte de ce tournant, montrent une défiance grandissante à l’égard de l’image. Un étudiant qui a subi une exclusion administrative pour avoir participé au blocage d’un amphithéâtre ne veut plus être identifié et risquer d’être reconnu par la direction de son université. Un réfugié désireux de se rendre en Grande-Bretagne ne veut pas laisser de traces de son passage en France pour éviter qu’on ne l’oblige à y demander asile. Un lycéen ne veut pas que ses parents voient qu’il participe au blocage de son lycée. Un travailleur en arrêt maladie ne veut pas que son patron puisse le distinguer sur une photographie où il apparaîtrait aidant des réfugiés dans un camp. Des militantes féministes de Nuit debout, fatiguées des images caricaturales qui leur sont régulièrement assignées dans les pages des magazines, refusent collectivement la photographie.

Fréquemment, sur le terrain, des gens me disent : « Pas de photo, s’il vous plaît. » Et je décide dans cette série de prendre acte de ce refus.
Ce travail proposait au départ une cartographie des territoires de luttes à travers la France. Au fil des mois, à mesure que se décident et s’appliquent des mesures de restriction des libertés publiques, une réflexion sur l’anonymisation photographique se superpose au projet, comme une piste possible pour continuer à faire des images, malgré tout.

© Jean-Robert Dantou / Agence VU

BIOGRAPHIE
Né à Paris en 1980, a une double formation de photographe et de sociologue. Depuis une dizaine d’années, il travaille sur des problématiques liées à la santé mentale, aux migrations et aux territoires en lutte.

WEBSITE LE SITE DU PROJET


VOIR TOUTES LES EXPOSITIONS "LA FRANCE VUE D'ICI"