– Entrepôts Larosa –

EXPOSITION LA FRANCE VUE D'ICI > PAYSAGES ORIENTÉS

MATHIEU FARCY

Ce projet s’intéresse au rapport que l’homme entretient avec le paysage par l’intermédiaire des belvédères. Greffées aux reliefs, ces infrastructures sont les témoins d’une époque où le tourisme s’est démocratisé.

Rendus plus accessibles, les promontoires suscitent de nouveaux désirs de consommation et de nouvelles possibilités de création, offrant au promeneur la possibilité d’une rencontre intime avec un paysage qui célèbre un « beau » véritable. On les nomme « points de vue », « panoramas », et ils sont même référencés par un langage cartographique clair, précis.

Le belvédère, en plaçant le spectateur dans une position de surplomb, consacre la domination d’un décor par la vue. Dans ce lieu, chacun chemine vers le paysage tout en étant dirigé, tout en s’y orientant ; le sentier et le parcours invitent à se déplacer afin d’ajuster son regard. Là, le visiteur semble pourtant coupé du milieu environnant, car séparé par ces garde-corps qui l’empêchent d’y prendre part. L’œil pourrait être la seule possibilité de fuite vers ce lointain, de plongeon et d’inclusion au paysage.

Sur ces hauteurs propices à la découverte d’un panorama grandiose se jouent différentes saynètes, allant de l’engagement corporel à l’oubli des contraintes du site même, pour tenter, enfin, de se fondre dans le paysage. La limite matérialisée par une barrière permet-elle de se protéger de la réalité du lieu, de s’en prémunir ? Comment le touriste s’affranchit-il de l’obstacle ? La relation qu’il tisse avec le belvédère semble générée par la recherche de l’émotion et de l’esthétisme. Peut-être résonne-t-elle comme une promesse de renouvellement, telle une quête d’ordre identitaire.

© Mathieu Farcy / Signatures

BIOGRAPHIE
Mathieu Farcy, né en 1985, a d’abord été éducateur spécialisé avant d’être photographe. La question de la disqualification sociale anime régulièrement son travail, comme ce fut le cas auprès d’ouvriers en réinsertion ou d’ouvriers licenciés de Goodyear à Amiens. Parallèlement, il mène un travail sur le rapport au sacré des touristes dans les paysages.

WEBSITE LE SITE DU PROJET


VOIR TOUTES LES EXPOSITIONS "LA FRANCE VUE D'ICI"